A buddhist-inspired Quebec frog

Eclectic musings on buddhism, Canada and long range poetry/fiction by Quebec frog, Anouk Ferland, educated in Montreal, India, Toronto and Vancouver. Always open to a real time chat or email chat and jasette at koxynelduquebec@gmail.com

You pant while looking at her

You resent while thinking of him

You thought you caught her good

But now she has gone swimming

 

The seaweed catches her hair

The water glistens on her flesh

There is no women in your dream

That can grab her out of your life

 

This is a bad poem

Like everything i do

The chicken killed the egg

And the egg aborted for you.

Les betes sauvages/ The wild beasts

La tortue a nagé avec les poissons

Sa maison ne prend jamais l’humidité

Elle est bien au sec dans les eaux boueuses

de la rivière

Elle vole dans les eaux salines

de l’océan

Le crocodile a un oiseau dans la gueule qui récure

ou bien un chat a fouetté sans doute

dont il ne s’occupe que rarement

La ménagerie sauve et sauvage

remplie la Terre  de ce rêve

image

Turtle has swam with the fishes

Her house is never humid

She is very dry in the muddy waters

of the river

She flies in the saline waters

of the ocean

Crocodile has a bird in his mouth, scrubbing away

or perhaps it is another monkey on his back

to whom he pays rarely notice

The safe and wild ménagerie

fills the earth of the Dream

Lourdeur du ciel sur ma tête

en pâtes et papier

comme une usine de Sept Iles

Le taxi m’a fait faire un tour de la ville

mais je n’ai t’ai pas vu dans ce Nord est québécois

Tu n’es pas vivant sauf dans ma mémoire qui meurt

un peu plus à toutes les nuits

Tu as dit que tu m’attendrais

mais la mort t’a fauché

et mon cœur de jeunesse est mort avec cette chute

Comme une fée sans ailes

je suis tombée dans les fleurs

de Sept Iles

et ne me suis jamais relevée. 

image

Lourdeur de la porte

Les fraises ont pourri dans le bol

Sur le micro ondes

Je t’ai attendu toute la nuit

Mais je demeure seule dans cette pièce

De Molière

Les femmes savantes ou le Misanthrope

Et personne à ma porte

Mais les chiens à mes pieds

Puisque c’est

Chez nous ici

Chez moi

Sans toi. 

Gypsy hands

When the lake grows wild

Fishes start jumping out of it

Great herons feed in mid air

And hawks fly low-

Waiting for me

Waiting and waiting

The lake is joyous says the i ching

My gypsy hands have tossed too many coins

To dig meaning under this Great Wall

When the lake grows green

The canoe sleeps in vacant dreams of rainbows

Going from one end to the other

And the animals gather for fighting and eating

Being merry like them

You get drunk on wine and hard liquor

Just as if you were drinking

The juices of this lake

I saw in the coins

La lumière de la chandelle orange

Brille triplement par un effet de miroir

Sur la vitre de la fenêtre

Je pense à toi, silencieux dans ton sommeil

Absent de ma mémoire

Oh Susanna chante

Elle chante pour ‘Billy’

Mon coeur se penche un peu davantage

Pour écouter les mots qui te manque

Le silence n’est pas toujours d’or

Il est d’étain, d’acier et de tout ce qui est lourd:

Un immeuble s’effondrant

Après tout l’amour et le savoir-faire qu’on a mis

À le construire.

La nature a bouffé mon cœur

Comme un singe une orange

Au matin de son exécution

Dans le cirque.

image

La tete d’un pretre egyptien

Les yeux de l’autre 

sont les mers convoitées

conquises ou rêvées

La tête du prêtre 

est sans la moindre trace de poil de péché

tout comme tes mains

tout comme tes mains

sur la clé

image

Les cendres tombentcomme le manteau de la mortsur les flammesdans l’âtre des nuits solitairesFumée étouffantede ce qui n’a jamaisvu une journéenaître, vivre et se décomposerdans ma cigarette paresseuse.

Les cendres tombent
comme le manteau de la mort
sur les flammes
dans l’âtre des nuits solitaires
Fumée étouffante
de ce qui n’a jamais
vu une journée
naître, vivre et se décomposer
dans ma cigarette paresseuse.